La CFDT est en recul sur le plan national, ce qui n'est pas une bonne nouvelle.
Pourtant, il faut regarder de plus près.

Nos résultats de l'entreprise nous confortent comme premier syndicat de Generali, ce que nous découvrons dans le lien écrit par Yves-Marie.

D'abord le travail des équipes a été remarquable et de premier plan. C'est essentiel car cela montre notre capacité à être proche du terrain, avec les salariés et prêts à résoudre leurs problèmes.
A cet égard, je tiens à remercier particulièrement Denis, qui nous a apporté son énergie et sa volonté d'aller de l'avant en toutes circonstances.

Ensuite, même si le vote a eu lieu dans l'entreprise (sauf en province et ...à l'EPJ ?!), cela nous illustre une fois encore que les salariés ne se déplacent qu'en fonction de la proximité entre leurs besoins et leurs élus.
Nous allons avoir des chiffres plus précis et approfondir notre analyse. Mais cela ne doit pas nous faire prendre cette déception pour autre chose que ce qu'elle est : une abstention révélatrice de la crise de sens, social et économique, que traverse notre pays.

Ce qui confirme deux choses que nous savons. D'abord une représentativité syndicale nationale n'a aucun sens, seule celle des entreprises est pertinentes. Ensuite que nous devons continuer et conforter notre syndicalisme de proximité.

La proximité, c'est que que les salariés attendent de nous, c'est ce que nous savons faire et que nous faisons bien.
Alors il faut reprendre la route, avec détermination et confiance.