Communiqué de presse

Paris, le 8 septembre 2014. La CFDT estime à 2 milliards d’euros l’impact du pacte de responsabilité sur les secteurs de la banque et de l’assurance d’ici 2020 : la CFDT demande aux dirigeants des banques et des assurances de vraies contreparties pour l’emploi.

L’allègement des cotisations patronales, ainsi que les allègements fiscaux prévus d’ici 2020 rapporteront 440 millions d’euros d’ici 2015 aux entreprises du secteur financier (60% pour les banques de l’AFB – Association française des banques – et 40% pour les sociétés d’assurances de la FFSA – Fédération française des sociétés d’assurances – et du GEMA – Groupement des mutuelles d’assurances). Ce montant atteindra 1,3 milliard en 2019, avec la suppression de la contribution sociale de solidarité des sociétés (C3S) prévue en 2017, pour représenter plus de 2 milliards en 2020.

Le secteur des banques et des assurances est engagé dans la voie de la digitalisation et réduit ses effectifs : la CFDT entend que la profession ne profite pas de ces 2 milliards d’euros pour alimenter ce mouvement de baisse. La CFDT demande à la profession des contreparties tangibles aux efforts consentis par les contribuables dans le cadre du pacte de responsabilité.

Des mesures concernant les plus éloignés de l’emploi, jeunes, seniors, handicapés, devront être prises. Pour la CFDT, c’est en finançant l’alternance et la formation professionnelle que la profession mettra un terme à la surqualification à l’embauche (65% des recrutements se font à Bac+3 et plus dans la banque, par exemple).

CFDT BANQUES ET ASSURANCES
47-49 AVENUE SIMON BOLIVAR
75 950 PARIS CEDEX 19