La Direction est venue présenter la réorganisation de l'Entreprise qu'ils souhaitent mettre en oeuvre dès le mois d'avril. Cette réorganisation se veut être la continuité de WE DEMAIN et progresser vers la satisfaction client.

 

Pour cela, la direction souhaite:

  • recentrer les missions et le rôle des Univers Clients,
  • renforcer les expertises techniques assurance en les mutualisant,
  • gagner en qualité de service et en efficacité opérationnelle en mutualisant au maximum toutes les fonctions de services clients d'un coté et d'indemnisation de l'autre,
  • Regrouper les forces de distribution,
  • isoler les modèles "partenariats marque blanche".

Toujours selon la direction, ceci ne devrait avoir que peu d'impact sur l'activité des personnes puisqu'il s'agit essentiellement de changement d'un rattachement hiérarchique (même si certaines équipes subiront des changements plus importants). Pourtant des changements vont probablement avoir lieu plus tard car à quoi servirait un changement même «que» hiérarchique s'il n'avait aucun impact sur le travail des salariés?

Vous trouverez tous les documents à télécharger en cliquant ici.

Voici l'avis des élus CFDT.

Generali France dans son projet envisage le Client dans sa globalité, c'est novateur pour notre entreprise, et va dans le sens d'un positionnement nécessaire, car attendu par le Client.
Cette étape approfondi le sujet des Univers client, et change la perspective des Operations d'Assurance qui désormais devront intégrer une approche commerciale en complément de l'approche technique déjà en place.

C'est en tous cas ainsi que nous interprétons le nouveau positionnement des équipes techniques sorties des univers clients et rassemblées dans une même entité. Nous ne pouvons pas y voir la seule nécessité pour Generali de se conformer aux demandes de l'autorité de contrôle.

Nous allons maintenant passer en revue les impacts de ce projet, par Direction.

Contrairement à la Direction nous avons trouvé peu de salariés qui pensent que ce projet ne changera rien au niveau des pratiques métiers car ce n'est "qu'un" changement d'organisation de l'entreprise.

Il est vrai que "le changement ce n'est pas maintenant mais le changement s'évite" peut s'écrire de deux manières différentes.

Pour la Distribution : L'intégration des réseaux, CGPI, Agent et Courtier, permettra une meilleure connaissance du client et une meilleure coopération entre les inspecteurs sur une zone donnée.

Nous nous interrogeons sur les futures étapes pour faire évoluer le modèle, et aurions aimé connaitre l'accompagnement propre aux inspecteurs concernés.

Ceci étant dit, nous pointons positivement l'évolution des assistantes Acsel qui se sont vu ouvrir des perspectives professionnelles avec la fonction de technico commerciale qui est maintenant clairement proposée dans leur progression de carrière.

Organisation : en ce qui concerne le rapprochement de cette Direction avec l'informatique, ce changement pourrait paraitre anecdotique, mais pour les élus de la CFDT cela correspond à une vision de la Direction qui dénie aux Organisations le sens qu'elles portent. C'est pour la CFDT l'occasion de renouveler une demande de longue date : à quand une équipe pluridisciplinaire intégrant la médecine du travail, la RH, le CHSCT, la DO et surtout un préventeur dont le poste n'est pas pourvu à ce jour. Cette équipe en identifiant les problématiques de transversalité ainsi que sur les changements qui percutent le sens du travail de nos collègues, pourrait grandement par ses préconisations faciliter l'accompagnement au changement... et faciliter la réussite des projets de la Direction.

DSCOA : dans une logique d'Univers client la fusion de la DEP dans la DSCOA suit la logique du projet... là encore les conditions de la réussite passe par un accompagnement des changements auprès des salariés. La culture de la DEP est très forte, de ce fait l'intégration dans une nouvelle culture commune mérite une attention particulière.
Nous revenons sur un point de nos échanges, dans le cadre d'une expérience client sans couture, pour reprendre votre argument, il nous semble que le Service Recouvrement à bien sa place à la DSCOA mais nous ne voyons pas la pertinence du rattachement à la Direction des Flux Documentaires.

Indemnisation : dans la logique d'un projet qui met le client au centre, nous ne comprenons pas la séparation d'un même client en une personne physique et une personne morale, dans cette perspective le Client semble plutôt qu'au centre semble balloté de droite et de gauche. Une autre chose préoccupe les élus de la CFDT, cette séparation provoquera une perte de technicité et/ou de polyvalence là où ne restera que le traitement de la personne physique.

C'est pour la CFDT l'occasion de redire "attention".

Cette énième évolution de l'organisation va impacter une énième fois nos collègues et perturber pour nombre d'entre eux leur projet professionnel.
En effet, nous observons régulièrement l'effet désespérant pour certains salariés des réorganisations permanentes.
Nous recevons régulièrement les plaintes de collègues déjà anciens dans l'entreprise, souvent experts, qui vivent leur changement de hiérarchie comme une remise en question de leur compétence.
Au moment des entretiens, nombreux sont ceux qui entendent de leur nouveau manager " je ne vous connais pas, attendez l'année prochaine pour que je fasse suite à votre demande".
Nous demandons que dans les réponses données, place soit faite à la formation et à la reconnaissance des acquis.

Il nous faut maintenant aborder l'outillage nécessaire pour réussir cette évolution de l'organisation. Nous avons déjà eu l'occasion de vous alerter sur la dégradation du service délivré par l'informatique, la CFDT pointant que la disponibilité de l'outil informatique conditionnait la disponibilité des équipes face au Client. De même aujourd'hui, faute d'outil informatique abouti, le regard de chaque gestionnaire sur son Client bute sur l'horizon de la seule information qu'il a de lui : le contrat qu'il est en train de traiter.
Vous nous avez informé d'un chantier informatique en cours dont la première échéance tombera en avril. Nous demandons que ce projet stratégique et attendu nous soit présenté au plus tôt.

Nous venons d'exposer la vision que nous retirons de ce projet par notre pratique syndicale de terrain. Les élus de la CFDT portent à votre attention que ce travail est rendu difficile par la conceptualisation à outrance du projet par la direction.

Reste donc à voir lors du passage du concept à la réalité si l'intégration de la dimension commerciale du Client par les Opérations d'Assurance aura bien lieu et sera perçu positivement par le Client final.

Au global les moyens mobilisés par la Direction au regard de ses ambitions ne semblent pas suffisants aux élus de la CFDT. Nous rendrons un avis défavorable.