Les représentants CFDT, salariés de GENERALI, partagent avec la Direction le souhait de repositionner Generali en France comme un acteur majeur de l’assurance sur un marché mature, mais néanmoins porteur de développement rentable et donc de résultats.
Ce repositionnement s’inscrit dans la lignée de la présentation faite lors de l’Investor Day du 21 novembre dernier à Milan.
L’enjeu de développement de nos réseaux captifs semble avoir du sens, tant la marque Generali doit être enfin identifiée comme synonyme d’excellence opérationnelle et de services aux clients.
La volonté affirmée de remettre au coeur de notre distribution le réseau d’Agents Généraux, avec une ligne politique affirmée de relance rentable, semble pour l’instant freinée par des contraintes entre autre financières.

 


Par ailleurs, le virage demandé au Réseau Salarié, sur des marchés économiquement puissants et stables tel le marché des séniors, associé à une modification du mix produit, est ambitieux mais doit être fortement accompagné socialement pour éviter d’être source de stress et d’angoisses et que l’efficacité attendue soit au rendez-vous
Il va de soi que les représentants CFDT, attentifs au devenir de nos collègues, en première ligne de la conquête client, s’interrogent sur les incidences et conséquences de ce choix stratégique, tant sur le plan social, que sur le plan économique.
Les représentants CFDT notent d’ailleurs que Philippe Donnet et vous-même Monsieur le Président, lors de l’Investor Day, confirmez la volonté de croissance en France à travers ses réseaux captifs.
Une croissance externe en France est-elle dès lors envisagée ?
En complément, la sanctuarisation des investissements informatiques est un signal fort que la CFDT partage.
Generali France doit, à ce niveau, s’inscrire dans le plan d’investissement triennal défini par le Groupe d’un milliard d’euros consacrés à l’innovation et la transformation numérique.
Tous les récents problèmes informatiques qui ternissent de manière durable l’image de notre compagnie auprès de nos courtiers et de nos clients, problèmes rencontrés tant au niveau des salariés qui voient leur travail se compliquer, tant au niveau des apporteurs qu’ils soient captifs et non, sont le résultat de ce manque criant d’investissement combinés à une baisse simultanée des effectifs. Un gel de la baisse des effectifs nous paraît indispensable tant que les outils informatiques ne sauront pas à minima effectuer les activités qu’ils sont sensés
faire. Il faut impérativement renverser la tendance pour que l’Excellence IT puisse à nouveau être au rendezvous.
De plus, l’exemple d’Europ Assistance et du retard d’investissement nous montre bien l’impact des nouveaux projets digitaux (mobile Hub, agents virtuels …) sur les effectifs.
Cependant, selon la Direction, cette transformation ne peut se faire sans impact sur l’emploi.
La formation aux métiers et les outils de la GPEC sont fondamentaux pour accompagner les évolutions ou transitions professionnelles, pour faire monter en compétence ou simplement, asseoir et confirmer les compétences acquises.
Néanmoins, pour les représentants CFDT, la délégation d’une activité est politiquement inacceptable. Il s’agit là d’un signal particulièrement nocif pour l’ensemble des collègues de Generali. L’image même de notre Entreprise pourrait en pâtir. A une époque où l’éthique entre de plus en plus dans les critères des clients, déléguer des activités dans le but de faire des économies sur les coûts en particuliers salariaux pourrait dissuader les clients de nous choisir à plus forte raison quand on a la prétention de proposer des produits plutôt haut de gamme ou à destination de clients qui ne cherchent pas du low cost…
De plus, l’absence totale de politique salariale claire et lisible, d’actions de reconnaissance vis-à-vis de chacun des salariés de Generali, la pression croissante associée à la diminution des effectifs toujours prégnante, sont des freins à l’atteinte collective des objectifs affichés par le projet Excellence 2022.
Ceci constitue un vrai point d’inquiétude pour les représentants CFDT.
N’oublions pas que les salariés de Generali sont avant tout des citoyens qui contribuent à l’essor national et que l’impact sur le pouvoir d’achat est aujourd’hui un signe fort de cristallisation politique vers les extrêmes.
Enfin les contraintes financières, imposées par Generali SPA, font apparaitre une poursuite de réduction de coût fixée à 200 millions pour les trois prochaines années.
Où se feront les économies à venir ? sur les salaires, les effectifs, la reconnaissance, les NAO, l’intéressement,... et toutes les mesures sociales qui permettent de remercier et de reconnaitre nos collègues impliqués, moteurs, volontaires et acteurs de tous les changements ?
Les représentants CFDT espèrent que les orientations économiques et commerciales vont remettre Generali dans la dynamique nécessaire pour qu’ensemble, salariés et actionnaires, partagent les fruits de ce nouveau développement. Cependant les représentants CFDT confirment à la Direction leur vigilance accrue sur les suites et conséquences des délégations en cours et éventuellement à venir ainsi que sur les signaux forts que les collègues sont en droit d’attendre sur le sujet de la reconnaissance des efforts fournis depuis maintenant trop
longtemps.
La véritable clé du succès de Generali France ce sont ses collaborateurs….. « Value our People » ne doit pas être un simple concept !