2 décembre 2022

Les dilemmes éthiques au travail

Apprendre à en sortir

Martine Brasseur

Même si elle est désormais régulièrement évoquée avec une floraison de chartes affichées par les organisations sur leur site, l’éthique n’est pas un phénomène de mode. Définie comme l’art d’orienter sa conduite, elle est et a toujours été au cœur de l’exercice des responsabilités. Ainsi, supposer l’existence de pratiques de gestion, qui pourraient s’exonérer des préoccupations éthiques, relève de l’absurde, ne serait-ce que parce que l’objectif de tous les professionnels est de « bien faire » et de mettre en œuvre les « bonnes pratiques ». Quoi qu’en pensent les plus pessimistes ou les plus cyniques, l’immoralité en matière de gouvernance n’est pas tenable. Elle l’est aujourd’hui d’autant moins qu’elle compromet l’image des organisations et s’accompagne désormais de contre-performances financières. L’éthique, que nous considérerons, en référence au philosophe Paul Ricœur, comme un processus de questionnement des normes de la morale, n’en est pas pour autant garantie. Elle suppose la capacité d’adopter une attitude critique telle que définie par Kant puis, plus récemment, par Foucault, et qui consiste à s’appuyer sur son propre entendement pour guider ses actions afin de se prémunir de tout assujettissement aux mécanismes du pouvoir en interrogeant les discours de vérité. Ainsi, les injonctions de loyauté à l’entreprise ou à la direction que subissent les cadres, plus ou moins implicitement, peuvent-elles, paradoxalement, entraver, voire empêcher leur positionnement dans une posture éthique. Elles peuvent bloquer toute remise en question, quand « ce qui est bien ou ce qui est mal » demande, au contraire, pour ne pas se figer dans l’instauration d’un ordre moral totalisateur, un travail réflexif permanent. La loyauté, en ce qu’elle exige de s’aveugler et de nier sa propre pensée, est ainsi, en soi, génératrice de dilemmes éthiques. Ces situations où des valeurs ou des principes entrent en opposition sont une source de mal-être, surtout si elles conduisent à des impasses où, irrémédiablement, quoi qu’on fasse, on se blâme. Malgré tout, leur émergence est aussi l’indicateur d’une réaffirmation du sujet et peut représenter un levier d’émancipation et de développement de son attitude critique. Si tous les dilemmes éthiques ne sont pas solubles dans la pensée critique, une part importante peut être dépassée, ce qui est une façon d’en sortir, non pas par l’imposition de codes de conduite ou « d’une morale, clef en main », mais par la réflexion individuelle et collective sur les antagonismes concernés. C’est ce nécessaire cheminement tâtonnant de la pensée qui permet de considérer que l’éthique s’apprend dans l’expérience heuristique de l’exercice de la critique. Pour l’entreprise, de nouvelles exigences éthiques s’en trouvent affirmées, consistant, a minima, à ne pas bloquer le processus réflexif de questionnement des conduites. Cela suppose que des garde-fous soient posés, permettant ainsi d’éviter les dérives, tant le quotidien des entreprises peut conduire à repousser à d’illusoires temps meilleurs ou plus paisibles ces moments de recul sur l’action. Or, c’est justement dans l’urgence ou l’adversité que les objections éthiques sont à la fois les plus nécessaires et les plus rapidement évacuées, alors qu’elles pourraient trouver une fonction d’alerte et éviter des fourvoiements tels que la fraude organisationnelle ou le harcèlement managérial. Apprendre à sortir des dilemmes éthiques n’est pas se débarrasser d’états d’âme encombrants, c’est permettre aux organisations d’intégrer les préoccupations éthiques.